Catégories
Posts

676e Anniversaire de l’écologie en France

Le 29 mai 1346, il y a 676 ans, Philippe VI de Valois, roi de France, édictait en son château de Brunoy un texte qui porte aujourd’hui le nom d’ordonnance de Brunoy. Ce texte est la première réglementation en langue française sur la gestion durable des forêts. Et il peut donc être considéré comme l’origine de l’écologie dans notre pays. Le texte dispose que : « les maîtres des eaux et forêts enquerront et visiteront toutes les forez et bois et feront les ventes qui y sont, en regard de ce que lesdites forez se puissent perpétuellement soustenir en bon estat ».

L’histoire du développement durable croise cette ordonnance près de cinq siècles plus tard. Le concept a été forgé par l’équipe de la diplomate norvégienne Gro Brundland, pour le sommet de la Terre de Rio, organisé par les Nations unies en 1992. Le terme anglais est « sustainable development ». Mais sa traduction en français est difficile. Le mot durable, en français, ne traduit qu’une partie du sens du mot anglais. Pourtant, « sustainable » vient de l’ancien français « soustenir« , ce mot utilisé dans l’ordonnance de Brunoy. Paradoxalement, au XXe siècle, on ne sait plus comment le re-traduire en français…

Mais revenons au XIVe siècle. A l’époque, la gestion des forêts est essentielle pour des raisons militaires : les arbres permettent de construire les navires de guerre. Ils fournissent également de quoi se chauffer et se nourrir et ils rapportent de l’argent – des rentes. Leur bonne gestion est donc cruciale. Aujourd’hui, les forêts représentent un enjeu majeur pour le climat, la biodiversité, la lutte contre les inondations et même la lutte contre la pollution de l’air. Elles alimentent aussi des filières économiques importantes – et qu’il conviendrait d’appuyer en France : il faut savoir couper un arbre ou des arbres – mais au bon moment et de la bonne manière…

Date anniversaire de l’écologie

La gestion durable des forêts est ainsi le modèle fondamental de l’écologie, et cela dès 1346. Cette référence à l’histoire rappelle la diversité des sources et des inspirations de l’écologie. Car l’écologie est plus variée qu’on le croit souvent et comme pour les écosystèmes, sa diversité est une richesse qu’il faut chérir plutôt qu’une faiblesse qu’il faudrait diminuer. L’écologie n’a pas été inventée par des soixante-huitards, il y a quelques années. Elle dépasse très largement l’horizon de la gauche et trouve son origine dans l’histoire de la France.

L’institut Brunoy tient sont nom de cet épisode de l’histoire de France et pour fêter cet anniversaire de l’écologie, l’institut Brunoy annonce deux évolutions de son fonctionnement. La première est la création d’un Conseil, qui regroupe des personnalités et des experts qui participeront à la stratégie et à la ligne de l’Institut. Ils et elles contribueront à l’élaboration des notes et études que publiera l’institut.

Ministère fantôme de l’écologie

La seconde est la création d’un « ministère fantôme de l’Écologie », dans la tradition anglo-saxonne des cabinets fantômes (shadow cabinet) : celle d’une équipe alternative au gouvernement, qui mène une veille et qui critique l’action de l’équipe officielle.

Toutefois, et contrairement à ce qui se passe dans les pays du système du Commonwealth, ce ministère fantôme n’est pas dirigé par un parti politique concurrent de celui en place. Il vise à faire entendre une autre voix dans l’écologie, mais ni celle du gouvernement, ni celle de la gauche anti-républicaine ou de ses alliés, ni celle d’aucun parti en particulier. Comme le propose l’institut, il défend une écologie des solutions.

Le ministère fantôme de l’Écologie est donc le nom d’un projet d’analyse critique de l’action gouvernementale. Il fera appel aux membres du Conseil de l’Institut pour rassembler les contre-expertises nécessaires à son action.

C’est ainsi qu’à travers ses actions, l’Institut Brunoy souhaite un joyeux anniversaire à l’écologie française.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.